Fin du rééquilibrage alimentaire. Heureux et en bonne santé à vie?

Quand on aime, on partage

Si je vous ai donné les quatre étapes permettant d’arriver selon moi à une alimentation heureuse et saine, je ne vous ai jamais dit ce que vous pouviez espérer à la fin du rééquilibrage alimentaire. Personnellement, j’avais un but bien précis en entamant mon rééquilibrage alimentaire. Celui de perdre du poids et d’atteindre un certain chiffre sur la balance. Pas juste un chiffre. LE chiffre. Celui qui allait me permettre d’être enfin satisfaite de l’image renvoyée par le miroir. Un chiffre magique, qui ferait que tous les vêtements m’iraient. Avouez, vous en avez (eu) un vous aussi.

Fin du rééquilibrage alimentaire mailo fait maison

Bien sûr, ça demanderait des sacrifices au jour le jour. Beaucoup pour y arriver puis encore pas mal pour me maintenir. Mais j’étais prête à les faire. J’étais résignée, déterminée même, à me restreindre et à m’affamer. Toute la vie.

Sans surprise, je n’ai pas tenu bien longtemps. C’est dur de garder le cap quand on a un but futile, volonté ou pas, mais j’ai quand même fini par y arriver. Pas à mon but initial, pas du tout même. J’en ai atteint un autre. Un qui me semblait inaccessible. Ce but c’est l’épanouissement.

fin du rééquilibrage alimentaire mailo fait maison

Ce qui n’a pas changé à la fin du rééquilibrage alimentaire

Quand je dis que je suis épanouie, ça ne veut pas dire que tout à changé. L’alimentation ne fait pas tout. J’ai toujours des vergetures et des épaules trop larges à mon goût. J’ai un peu de cellulite mais pas assez pour que ça me dérange, comme avant. Je stocke toujours mon gras sur le bas du corps, et très peu sur le ventre.

Je suppose que ce sont des choses qui semblent assez évidentes à tout le monde, et ce à tous les stades de votre changement alimentaire. Certaines choses ne disparaissent pas magiquement et votre morphologie, dictée par votre génétique, ne changera pas. Cependant, il y a des points qui sont moins évidents et que je voudrais éclaircir.

  • Je suis toujours gourmande

J’aime manger. Je mange pour vivre, pour prendre soin de ma santé mais aussi pour le plaisir. Si on arrive progressivement à avoir un rapport sain avec la nourriture, on n’arrête jamais d’être gourmand. Simplement, le fait de ne plus culpabiliser change tout. Avant c’était soit je m’affamais à moitié, soit je dépassais ma faim dans un mélange de frustration et de désespoir, tout en me disant qu’il me faudrait rattraper cet écart. Dans tous les cas, je ne prenais jamais vraiment de plaisir. Maintenant, je mange jusqu’à ce que la satiété rende les aliments moins bons au goût, puis j’arrête. Je sais que je reprendrai à nouveau du plaisir au prochain repas.

  • Je ne suis pas mince

Après lecture de mon article sur les mauvaises habitudes alimentaires, l’une d’entre vous m’a fait remarquer que c’était le plus souvent les femmes qui étaient sujets à des obsessions vis à vis de la nourriture. C’est assez vrai. Les diktats actuels de la société sont tellement éloignés de la réalité que ce n’est pas étonnant. Suivant ces diktats, je ne suis pas mince. Loin de là même. C’est normal car mon poids de forme n’est pas de 55kg pour 1m76 (ni même 60kg pour ce que ça vaut). C’est d’ailleurs un rapport taille/poids qui est plutôt rare naturellement. Cela ne nous empêche pas de vouloir désespérément l’atteindre, quitte à créer une relation désastreuse avec la nourriture au passage.

Ce qu’il faut bien comprendre c’est qu’une femme n’est pas faite pour être très mince. Notre corps est censé avoir les ressources nécessaires afin de subvenir au besoin d’un nourrisson, même en cas de famine. Il faut bien avoir des réserves quelque part pour ça. Nous avons tous un poids de forme. Un poids santé. C’est celui que nous faisons quand nous écoutons nos besoins, que nous avons une alimentation riche en aliments non transformés et que nous mangeons à notre faim. Ni trop, ni trop peu. Il est différent pour tout le monde et, de la même façon que nous sommes petits ou grands, nous stockons aussi des quantités différentes à des endroits différents.

Buddha bowl

Buddha bowl

Heureusement, il y a peu de chances que vous soyez déçus de votre poids à la fin de votre rééquilibrage alimentaire. Je vous l’ai dit, il y a longtemps que cet idéal que vous vous êtes fixé aura changé, ainsi que beaucoup d’autres choses.

Ce qui a changé à la fin du rééquilibrage alimentaire

Un des points essentiels pour être épanoui est de le faire pour la bonne raison : la santé. J’en avais tellement marre de tomber sur des astuces minceur à la noix et des régimes plus restrictifs les uns que les autres que j’ai commencé à creuser. J’ai voulu savoir de quoi étaient composés les aliments et quelle influence ils avaient sur notre organisme, preuves et études à l’appui. Il est certes plus facile de croire le premier venu citant approximativement une étude, mais à quel prix? C’est là que je me suis rendue compte à quel point je m’empoisonnais avec des aliments industriels. Clairement, ça a été mon déclic. J’ai progressivement commencé à changer mes habitudes et ma façon de penser au quotidien :

Tout ou presque, et avec plaisir. Ça demande du temps pour en arriver là et je pense que l’erreur la plus fréquente est de vouloir tout changer d’un coup. Vous n’imaginez pas la quantité moyenne d’aliments industriels que l’on consomme. C’est tellement dans notre quotidien qu’on ne s’en rend plus compte. Combien d’entre vous dites faire vos quiches maison alors que vous achetez des pâtes brisées industrielles? Qui fait lui même ses spaghettis?

Pas de panique. L’ important c’est de commencer, un aliment industriel à la fois, jusqu’à ce que le faire soit dans votre routine et que vous puissiez passer au suivant. Même si c’est tous les mois seulement, ça veut dire que dans un an vous ferez 12 aliments de plus maison. Vous imaginez si vous aviez commencé il y a un an? Surtout, faites des compromis. Vous avez le droit de continuer à manger certains produits industriels en toute conscience et avec plaisir. L’important c’est de trouver votre équilibre. Celui avec lequel vous êtes enfin bien dans votre corps et votre alimentation.

  • J’ai changé ma façon de manger.

Presque totalement. J’ai arrêté de me forcer à prendre un petit-déjeuner alors que je n’avais pas faim, de penser qu’un repas sans viande n’était pas un repas, que les féculents allaient me faire prendre du poids. J’ai même arrêté d’utiliser le mot féculent, qui désigne aussi bien des pâtes que du potimarron, des lentilles ou des chips. Choses qui n’ont presque rien à voir. Maintenant, je mange quand j’ai faim, souvent des repas composés en majorité de légumes, légumineuses, céréales et bon gras.

J’ai arrêté de me restreindre pendant des jours pour ensuite me jeter sur un repas “plaisir” qui me faisait culpabiliser à mort. Je suis mon alimentation santé à la maison, celle qui me rassasie les papilles et l’estomac et qui me donne du peps. Maintenant c’est tous les jours que je me fais plaisir chez moi puis je m’adapte à l’extérieur. Je choisis alors la meilleure option pour moi, si j’ai le choix, et je ne culpabilise pas sinon. Ce n’est pas en mangeant un repas sain un jour qu’on élimine une vie de junk food. La réciproque est heureusement vraie.

Je mange local et de saison. J’ai arrêté de manger des fruits et des légumes pour essayer de remplir mon estomac. J’en mange pour leurs nutriments et leurs bienfaits. Pareil pour les thés “détox”. Je varie maintenant thés et infusions selon les vertus santé des plantes et mes envies.

  • Je fais du sport.

Avec plaisir. Pas ce qui est à la mode, pas pendant des heures, pas pour perdre du poids. J’ai fini par comprendre que si le sport aidait à rester en bonne santé, (et donc à avoir un poids sain) il ne faisait pas perdre du poids. Du moins pas littéralement. Comme avoir un bon sommeil et manger sain, le sport participe au bon fonctionnement de votre corps. Tous ces éléments vous permettent d’écouter vos besoins quotidiens. Cela veut dire que vous maigrirez sur la durée si vous êtes au dessus de votre poids de forme. Cela veut également dire que votre appétit variera au jour le jour selon vos dépenses quotidiennes. Et heureusement! Il ne sert donc à rien de faire plus de sport pour perdre plus, il faut juste en faire suffisamment pour prendre soin de sa santé.

J’ai fait de la natation toute mon enfance et adolescence, à raison de huit entraînements par semaine, plus les compétitions. J’ai détesté ça. Ensuite, j’ai essayé de me remettre au sport pour perdre du poids. J’étais dégoûtée de la natation alors j’ai tenté tous les autres sport “réputés pour la perte de poids”. J’ai détesté ça aussi. Aujourd’hui, je fais du sport régulièrement. C’est un peu comme me brosser les dents. La plupart du temps je n’y pense pas, je dois le faire pour ma santé. Quand j’ai la flemme, ça passe dès que j’ai commencé. Je me sens super bien quand c’est fini. Enfin, si un jour je ne le fais pas, ce n’est pas si grave.

  • Je suis épanouie.

Je l’ai dit, je suis enfin bien dans mon alimentation et dans ma peau. Bien sûr, je reste une personne humaine avec des jours de déprimes et des émotions. Seulement, mes jours de déprime sont nettement plus rares qu’avant et je tombe très peu malade.

Aussi, savoir que je prends soin de mon corps et de ma santé au quotidien m’a permis de m’accepter. J’accepte le fait que mon corps, en bonne santé est celui là. Un peu comme j’accepte mon nez ou mes yeux. Je ne les aurais pas choisis mais je ne peux rien y faire alors je n’en ai pas honte. Ils font partie de moi. Il y a clairement un sentiment de bien être qui accompagne le fait de prendre soin de son corps, et même une certaine fierté à savoir qu’on essaie d’être la meilleure version de soi même.

Avant de repartir heureux pour la vie:

  • Comme toujours, j’espère que cet article vous aura aidé. Si vous avez une question n’hésitez pas à me laisser un commentaire. Je serai ravie d’y répondre.
  • D’ailleurs, n’hésitez pas consulter les articles précédents de la rubrique manger santé et heureux à vie. Votre réponse se trouve sûrement là bas.
  • J’ai également deux articles sur mes ingrédients de base et mes ustensiles indispensables qui pourraient vous être utile.
  • Enfin, le plus important : merci !
 Soyez Sains mais Gourmands!

Mail0ves – MailoFaitMaison -.

 

 

 

 

  1. Krystel

    Magnifique le texte ! Très intéressant et ça aide beaucoup ! Je pense que ça ouvrira les yeux de beaucoup de personnes. Très joliment écrit ! Merci d’être aussi sincère et vraie ❤️

  2. Fleur

    Que dire. Un bel article où une fois de plus tu te dévoiles sincèrement! Tu es une véritable source de motivation copine. J’espère arriver, un jour, au bout du chemin que tu as parcouru. Un grand bravo à toi et merci pour tes partages 💖

  3. Lauriane

    Quel bel article! Tout est si bien dit😊. Beaucoup d’entre nous s’y reconnaîtront .

    Et pour le fait maison on y prends goûts 😊 c’est fou comment tout paraît compliqué au départ et si évident et simple par la suite 😮. En tout cas merci pour ces précieux conseils.❤

    Lauriane.

    • Coucou Lauriane!

      Je suis d’accord pour le fait maison. Ca semble vraiment insurmontable au début et puis en y allant petit à petit on le fait sans effort. Merci beaucoup pour ton message <3

      Mailo

  4. Plein d’amour et de bienveillance dans ce texte, ça fait plaisir à lire, et ça rappelle qu’on doit pas s’éloigner de son bien être pour telle ou telle raison qui nous déplait chez nous

  5. Safia Ja

    Coucou Mailoves
    Quand je serai grande je veux être toi!!! 🤣🤣🤣🤣
    Super article, comme d’hab plein de bons conseils et surtout de sincérité.
    Je ne peux plus me passer de toi!!!
    Tu m’en apprends tous les jours… et j’y viens vient doucement mais sûrement. J’ai déjà remplacé les sucrant, les farines, intégré plus souvent les légumineux… mais ma plus belle victoire est que j’ai convaincu mon mari…
    J’aura aimé te rencontrer plus tôt 🙂

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén